(Raphanus sativus niger L.)

Principaux constituants / Principes actifs :

Hétérosides sulfurés, flavonoïdes, vitamines A, B, C, Calcium, Cuivre, Fer, Iode, Magnésium, Phosphore, Potassium, Sélénium, Sodium, Zinc.

Propriétés :

  • Tonique respiratoire, antitussif, dépuratif pulmonaire.
  • Apéritif, digestif, laxatif, tonique gastrique.
  • Draineur et stimulant hépatique, dépuratif hépatique et biliaire, cholérétique, cholagogue.
  • Diurétique et hypolipémiant.
  • Reminéralisant, fortifiant, antiscorbutique.
  • Dépuratif. (Cure détox au printemps)

Indications :

  • Troubles de la sphère gastro-intestinale : ballonnement, constipation, flatulences.
  • Troubles de la sphère hépatobiliaire : insuffisance hépatique, ictère, cholécystite, colique hépatique, migraines “hépatiques”.
  • Troubles de la sphère pulmonaire + ORL : toux, toux sèche, bronchite, coqueluche, asthme.
  • Troubles de la sphère vésico-rénale : lithiase urinaire, lithiase rénale (de nature non inflammatoire), goutte, rhumatismes, arthrite chronique.
  • Rachitisme, scorbut, furonculose.

Contre-indications-Toxicité :

  • En cas de dysfonctionnement de la thyroïde et d’obstruction des voies biliaires (calculs).
  • Ne pas utilisé chez les femmes enceintes ou allaitantes.

Formes d’utilisation et dosage :  DJMA : extrait fluide:15 ml

1 goutte par 1 kg de poids corporel par jour. Diluée dans un petit verre d’eau durant 3 semaines. 2 à 3 fois par jours.

Conservation : A l’abri de lumière. Jusqu’à la date indiquée sur le flacon. (DLC XX, Mois, année).

En médecine orientale :

On utilise la résine depuis environ 2500 ans pour lutter contre un certain nombre d’affections respiratoires (pneumonie, maux de gorge, etc.). Plante d’usage traditionnel dont le composés ont des propriéter reconnues et démontrées pour traiter les états inflammatoires et l’hypersécretion d’origine infectieuse des muqueuses des voies respiratoire suppérieures. Affection catarrhales et autres névralgies.

En médecine occidentale :

Hippocrate en fait un remède contre l’hydropisie (œdème).

Selon Dioscoride c’est un médicament apéritif, stomachique, antitussif et emménagogue. Il aurait même la possibilité d’aiguiser la vue.

Un autre médecin grec bien connu, Galien, remettra en cause l’opinion de Dioscoride selon laquelle les radis se doivent d’être consommés après les repas. Il indique tout le contraire, car pris en début de repas, il ouvre l’appétit.

Force est de constater que Galien a raison, un avis qui sera secondé par celui d’Horace qui exprime l’efficacité du radis pour lutter contre l’atonie de l’estomac.

Quant à Pline, il indique le radis contre l’hémoptysie (crachement de sang provenant des voies respiratoires) et l’insuffisance lactée, mais par-dessus tout, contre une affection – la lithiase – pour laquelle le radis est un remède de prédilection.

Inscrit au Capitulaire de Villis, c’est un bon indice de l’intérêt qu’on portait à celui qu’on nommait alors radice. Sa vertu antitussive se rencontre chez Walafrid Strabo « cette racine délivre les viscères de la toux qui les ébranle »

Dans le Livre des simples médecines de Platearius est écrit : « mangé cuit, il est efficace contre les toux provoquées par de grosses humeurs ». Ce dernier auteur ajoute, de même que l’école de Salerne à laquelle il appartient, que le radis se recommande « à ceux qui ne puent plus pisser ».

Quant à Hildegarde, le radis vaut comme dépuratif général, car, dit-elle, il « purge […] les viscères de leurs humeurs malignes ».

Le radis est convié dans le traitement de la lithiase par Matthiole, Savonarole, Mizauld, tandis que Saxonia le juge de bon effet pour désencombrer le foie et que Lucas Schrök en fait carrément le spécifique de la coqueluche.

Dès la fin du XIX ème siècle, on revient sur ce qui dessine le profil thérapeutique du radis qui sera admirablement synthétisé par Paul-Victor Fournier, reprenant les travaux des Drs F. Eckstein et S. Flamm : en 1933 ces deux praticiens « conseillent l’emploi du radis dans toutes les affections catarrhales de l’appareil digestif, dans les divers troubles de la sécrétion biliaire, soit par inflammation soit par tendance à la formation de calculs, dans tous les cas d’œdème, qu’elle qu’en soit la cause, sauf dans les cas d’irritation des organes digestifs ou des reins, même dans le catarrhe sec et la toux convulsive ».

Information supplémentaire sur votre teinture mère de Raphanus sativus niger L.

Votre teinture mère de Raphanus sativus niger est un produit de qualité supérieur.

Les racines sont issues d’une culture biologique et locale choisie avec attention et  intention particulière de guérir.

Sur un sol de qualité des contrées Luxembourgeoise.

Bien loin de routes et des cultures polluées aux pesticides et autres produits phytosanitaires.

Contrairement aux teintures préparées avec des plantes sèches ou congelées venues d’autres pays, nos remèdes sont cultivés et élaborés entièrement dans la province par nos soins.

Afin de préserver les principes actifs optimales nous utilisons de l’alcool pure, du ruhm de qualité supérieur et/ou de l’eau minérale.

Nous laissons le temps à la plante de libérer tous ses principes actifs durant plusieurs semaines.

Un contrôle journalier drastique permet de garantir la qualité supérieure de ce produit pendant toute les étapes de son élaboration.

C’est aussi pour cette raison que les doses journalière maximales recommandées sont moindre que pour d’autres teintures moins efficaces.

Pour plus d’information concernant Le Raphanus sativus niger contactez-nous ou visiter notre site internet www.terrehappy.be « Totum ».

Ce produit n’est pas une « médecine douce ».

Demander l’avis de votre médecin ou thérapeute.

Nos produits s’accompagne naturellement d’une alimentation équilibrée et à une attitude de vie saine.

Tout nos remèdes sont élaborés sur base des connaissances des anciens et des dernières études scientifique en la matière.